UN CHAT SUR LE TOIT

 

 

Un jour un de mes voisins qui cherchai
son chat a frappé à mon vasistas. Il avait emprunté la voie des toits et cette rue secrète
improvisée par la nécessité était devenue à mes yeux un lieu de travail pour cette pièce supplémentaire.
Dans un quartier formé d’une multitude de petits immeubles enchevêtrés, la composition
des bâtiments met les résidents face à des vis à vis, je peux apercevoir des voisins qui
pourtant n’habitent pas dans la même rue que moi. En choisissant de créer un espace sur l’îlot de maisons on rend cette pièce exclusive aux voisins alentours et invisible depuis la rue. L’espace prend appui de part et d’autre des toits, les fenêtres deviennent des portes, la rue monte de plusieurs étages. L’architecture en tôle peinte se confond avec les tuiles aussi bien par sa couleur que par sa forme et reste en accord avec le paysage des toits.